Amandine

Enseignante

Hypersensibilité au bruit et phobie sociale
Nous avons installé des double-fenêtres dans la chambre cet été et je peux réussir à dormir sans casque protecteur, ce qui est une amélioration notable. J’ai encore le bénéfice de mes vacances et ne suis pas encore fatiguée, cela doit compter aussi ! Ceci dit, pendant mes vacances, j’ai résidé dans une maison d’où la circulation s’entendait beaucoup et j’ai eu beaucoup de mal à le supporter mais j’ai réussi à ne pas me protéger avec le casque antibruit.
Ma conclusion est qu’il faut :
modifier mon mode de vie en me résignant, sans amertume, à accepter cette faiblesse ou cette sensibilité. Je me permets d’entrer en action de manière concrète. Je ne me tords plus pour m’adapter à un environnement qui ne me convient pas. . Et je n’aborde pas cette nécessité de manière désappointée, mais plutôt avec enthousiasme pour réaliser mon projet. Selon moi, si réussite il y a, elle est issue d’une succession d’échecs précédents ou, pour modérer mon propos, d’une succession d’essais moyennement concluants. Cela fait plusieurs années que je travaille avec le qi-gong, en passant par le contrôle de la thyroïde, le sport, l’acuponcture, les oreilles. Cela a vraiment changé ma vision de la vie et du monde, mes humeurs, mon état de santé. Enfin, le dernier argument est que je suis enceinte et que je veux mettre toutes les chances de mon côté pour être une maman sereine !